• Les quotas, ce mal nécessaire

    Imprimer

    Je ne vous parlerai pas ici de l’âge des parlementaires[1] ou de leur profession… Mais de leur sexe.

    Je suis convaincue que notre Parlement doit nous ressembler. La représentativité des régions est ainsi le cœur de notre système bicaméral. Or, au niveau des sexes, avec 31,7% de femmes au Conseil national et 13% au Conseil des Etats[2], les femmes qui représentent plus de la moitié de la population suisse ne sont donc pas représentées de manière proportionnelle au sein du Parlement fédéral.

    Le niveau d’instruction des femmes est supérieur à celui des hommes[3] ; le débat des compétences n’a donc pas lieu d’être. Des femmes compétentes et engagées, il y en a dans tous les cantons !

    Dans un monde idéal, sans discriminations, les quotas ne devraient pas exister. Le monde dans lequel nous vivons est néanmoins tout autre. Les quotas y sont nécessaires pour en finir avec une représentativité biaisée. Ils sont un mal nécessaire afin d’atteindre l’égalité.

    Les quotas de candidates sur les listes électorales est le premier pas vers cette égalité politique entre femmes et hommes. Reste ensuite aux partis et aux médias à mettre les femmes en avant autant que les hommes, pour que celles-ci soient élues.

    D’autres méthodes existent, le tirage au sort par exemple. En vue des élections nationales le « Collectif transition citoyenne vaudois » a tiré au sort ses candidates et candidats. Pour contrebalancer le Parlement actuel, deux tiers des personnes tirées sont des femmes[4]. Mais sommes-nous prêt·e·s à tirer au sort nos élu·e·s ?

    Le canton de Neuchâtel avait quant à lui, suite à un postulat du groupe socialiste, proposé de réserver 50% des sièges de son Parlement à chacun des sexes. Proposition refusée par certains partis qui jugeaient la mesure anticonstitutionnelle. Le droit de vote des femmes était lui aussi, anticonstitutionnel, avant 1971, et pourtant, aujourd’hui personne ne le remet en cause. Il faut du courage politique pour atteindre l’égalité.

    L’égalité est inscrite dans la Constitution depuis 1981. Si le nombre de femmes augmente légèrement à chaque élection du Conseil national, du côté des Etats, après un pic à 24% en 2005, le nombre de femmes élues recule.

    38 ans que l’égalité est inscrite dans la Constitution. Nous avons plus que testé la méthode de l’autorégulation. Les résultats ne sont pas satisfaisants. Introduisons des quotas et faisons le bilan, dans disons, 38 ans !

     

    (Pour m'entendre en parler, https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/le-debat-comment-atteindre-la-parite-en-politique?id=10550328)

     

    [1] 10 sièges sur 246 sont occupés par des personnes de moins de 35 ans ; https://www.parlament.ch/fr/%C3%BCber-das-parlament/faits-donnees-chifrees/chiffres-parlementaires

    [2] https://www.parlament.ch/fr/%C3%BCber-das-parlament/faits-donnees-chifrees/chiffres-parlementaires

    [3] https://www.rts.ch/info/suisse/10416186-en-suisse-42-des-femmes-de-25-a-34-ans-ont-un-diplome-superieur.html

    [4] https://www.rts.ch/info/regions/vaud/10556198-le-collectif-transition-citoyenne-vaud-tire-au-sort-19-candidats-au-national.html

    Lien permanent 9 commentaires