La Grève nationale des Femmes* du 14 juin 2019 : les raisons du grand débrayage

Imprimer

Le 14 juin, je ferai grève pour la première fois de ma vie. Avec des milliers de femmes* à travers la Suisse, je descendrai dans la rue pour revendiquer une égalité de fait.

Il n'est pas question d'une guerre des sexes ou d'une volonté de renversement des inégalités. Nous demandons  "simplement" d'être payées de la même manière que les hommes. Nous demandons que les tâches ménagères soient réparties de manière plus équitable et que le travail de soin/care soit reconnu. Nous demandons que les violences sexuelles et le harcèlement de rue soient condamnés par la justice et par l’opinion publique. Nous demandons une protection accrue lors du retour de congé maternité. Nous demandons encore tellement de choses qui vont de soi et qui pourtant nous sont toujours refusées.

Chacune d’entre nous porte des revendications qui lui sont chères. Nous les partageons avec nos voisines, nos sœurs, nos filles, nos amies, nos amantes, nos collègues, nos mères. Et puis, le 14 juin nous ferons entendre nos cris de colère et résonner notre volonté d’obtenir maintenant l’égalité !

Bien entendu, il existe d’autres manières de faire entendre nos revendications : l’engagement associatif, la formation, l’engagement politique, les changements législatifs, les campagnes de sensibilisation. Nous avons tout essayé. Mais rien ne bouge, ou si lentement. Comme beaucoup d’entre nous, je suis lasse d’être toujours discriminée parce que je suis une femme*.

Des femmes* se sont battues pendant des décennies pour obtenir le droit de vote, celui à l'avortement puis la loi sur l’égalité et enfin le congé maternité payé. À nous aujourd’hui de continuer à nous engager pour avancer vers l’égalité.

Pour toutes ces raisons, le 14 juin, je ferai grève pour la première fois de ma vie.

Rejoins-nous pour faire entendre tes revendications. Ensemble, nous marchons pour nos droits et notre dignité !

Les commentaires sont fermés.